lundi 19 juin 2017

Les 11 premières nouvelles du quartier de la gare

Article "Le Petit Bleu" publié le 19/06/2017 à 03:50, Mis à jour le 19/06/2017 à 08:29
Les 10 auteurs des 11 nouvelles du quartier de la gare avec Alain Bourgasser et (en médaillon) Laurence Maïoroff./Photos J.-M. Mazet

Le travail de l'atelier d'écriture, animé par Alain Bourgasser, s'est achevé, samedi matin, par la publication d'un recueil de 11 nouvelles signées par des Agenais et racontant leur quartier de la gare.
La gare. Le quartier de la gare. Vivant, dynamique, bruyant sans doute, mais jamais sans vie. Des gens qui vont et viennent. Des gens pressés, inquiets à l'idée de manquer leur train ; des gens pressés, rassurés d'être arrivés à bon port, mais qui doivent rejoindre d'autres gens et d'autres lieux dans Agen. Une gare n'est pas un lieu anonyme et impersonnel. Sur le quai, des histoires se dénouent, des  histoires débutent, des crises de larmes racontent des déchirures et des désespoirs et des bras qui s'ouvrent, éclairant les visages, écrivent comme de formidables retrouvailles. La gare, une gare, des rails qui filent vers l'inconnu, des passants, des bonjours et des au revoir : tout cela sert de support à une heureuse initiative qui vient de se conclure par la parution, aux Editions de Matignon, d'un recueil exceptionnel dans sa conception et dans sa réalisation.


 "C'est dingue…"

Elles ont entre 17 et 18 ans. Plusieurs d'entre elles plancheront aujourd'hui sur les épreuves du bac. Mais samedi matin, elles — les lycéennes de Saint-Caprais — sont venues clamer haut et fort, «c'est dingue !». Dingue d'imaginer que le fruit de leur patient travail puisse se retrouver dans un recueil, un véritable ouvrage de librairie, inscrit à ISBN donc référencé à la Bibliothèque nationale. «Dingue, oui… Si en septembre, on nous avait dit qu'une nouvelle dont on serait l'auteur serait publiée au mois de mai…». Pas croyable et pourtant vrai ! Grâce à l'initiative d'Alain Bourgasser, animateur de l'atelier littéraire, grâce à Isabelle Juan, professeur documentaliste au lycée Saint-Caprais, et grâce à la ville d'Agen, représentée par Laurence Maïoroff qui, en lançant l'idée des «initiatives culturelles», ne pensait sans doute pas atteindre ce sommet de l'originalité et de la création. «Au moment de voir publier ces nouvelles, je peux dire que ces sept mois de travail faits de rendez-vous réguliers, de multiples échanges, de difficultés surmontées, de relances nécessaires, que ces sept mois donc, ont été une très belle aventure…». Les auteurs ne disent pas autre chose, qu'ils ont apprécié la liberté laissée dans le choix du sujet, la manière de l'aborder, le contenu des nouvelles… Au bout du compte, il y a ce recueil, «Histoires de quartier» qui fait, après lecture, que l'on ne se balade plus de la même façon dans les rues, les ruelles et les boulevards autour de la gare.
Les auteurs : Maeva Hiou, «L'Ombre» ; Véronique Gaignard, «La Maison jaune» ; Chloé Lébert, «A croc et à sang» ; Léna Loppicolo, «Le Parisien» ; Véronique Gaignard, «Le jour où j'ai chevauché la licorne» ; Eva Boutin, «A la recherche d'un saxophone» ; Victoire Trébor, «Un été à Agen» ; Laurent Delmont, «Le Silence» ; Annabelle Lebailly-Heyberger, «Il portait Verlaine dans la poche de son manteau» ; Mathilde Bourgeois, «Deux points zéro» ; Valérie Belmon, «Le vent l'emportera».

L'ouvrage est disponible, auprès d'Alain Bourgasser, Mozencenes 47, route de Mérens à Pont-du-Casse.
Tél. 06 87 54 42 47
Et bientôt dans toutes les bonnes librairies.

J.-L. A.